Les boutres à la voile triangulaire partagent le port avec des pétroliers gigantesques, comme le village de Dar es-Salaam, qui signifie « havre de paix » en arabe, a été transformé en un des ports les plus animés de l'Afrique de l'Est, en seconde place après Mombasa au Kenya. Dar es-Salaam est une grande ville, qui abrite plus de 3,5 millions d'habitants. Elle était aussi le siège du gouvernement durant le départ très lent vers Dodoma, qui a été nommé la capitale officielle en 1973. Le législateur réside dans Dodoma, mais la plupart des bureaux du gouvernement se trouvent toujours à Dar es Salaam.

Au début des années 1860, le sultan Seyyid Majid de Zanzibar a visité ce qui était alors le village de pêcheurs isolé de Mzizima sur la côte tanzanienne. Avec un désir d'avoir un port protégé, Majid a commencé à construire un palais ici en 1865. La ville, prête à rivaliser avec les ports voisins tels que celui de Bagamoyo et de Kilwa, a connus une rechute après la mort du sultan en 1870. Son successeur, son demi- frère Seyyid Barghash, s’intéressait peu à la ville, et ses bâtiments royaux sont tombé en ruines. Seul le Vieux Boma, qui abritait autrefois des invités royaux, survit encore.

La ville est restée un petit port jusqu'à ce que l'Allemagne a déplacé sa capitale coloniale ici en 1891 et a commencé à construire des routes, des bureaux, et la plupart des bâtiments publics encore en usage aujourd'hui. Le Traité de Versailles a accordé à la Grande-Bretagne le contrôle de la région en 1916, mais ce pays a ajouté relativement peu à l'infrastructure de la ville au cours de son règne de 45 ans.

La Tanzanie a obtenu son indépendance en 1961. Durant les années qui suivirent, le président Julius Nyerere, qui s’est concentré sur des problèmes comme l'éducation et les soins de santé, a fait tomber la capitale dans un déclin qui a duré plusieurs années. Lorsque Benjamin William Mkapa a pris ses fonctions en 1985, ses réformes orientées vers le marché ont contribué à revitaliser la ville. La ville continue d'évoluer -ceux qui l’ont visité il y a quelques années seront surpris par les changements- comme les nouveaux hôtels et restaurants sont apparus du jour au lendemain.

Il y a quelques sites qui attirent les visiteurs, mais le seul qui vaut vraiment une visite est le Musée national, qui contient les célèbres découvertes de fossiles de Richard et Mary Leakey, y compris le crâne d'hominidé âgé de 1,7 millions d'années découvert par Mary Leakeyà la gorge d'Olduvai en 1959. Ce que Dar es-Salaam a en abondance, c’est des restaurants passionnants, de beaux hôtels, et une des meilleures vies nocturnes.

Retour à l'accueil